Un petit grain

Un petit grain de sable, et la porte grince.

Un petit grain de poussière, et la lumière pâlit.

Un petit grain de grésil, et la nature frissonne.

Un petit grain de sel, et les idées s’entrechoquent.

Un petit grain de café, et le jour se réveille.

Un petit grain de folie, et la vie s’éclate à nouveau.

Un bon grain, les pépins s’ouvrent, et les petits grains disparaissent.

 

L’aventurier

Loin de la surveillance de ses parents affairés, la tentation d’explorer le monde est grande pour le joli bébé escargot. Ambroise s’échappe et découvre le paysage. Seul, il file, les cornes dressées, sa fragile coquille jaune sur le dos. L’intrépide escalade la feuille de salade, s’étire, écoute, tâte à droite puis à gauche, goûte la verdure, redresse la tête et sans tarder repart explorer ce terrain de jeu jusqu’à présent interdit.

Il y rencontre un groupe de papillons blancs virevoltant d’un chou à l’autre, parfois l’un se pose à l’abri au creux d’une feuille bosselée, ferme ses ailes, se repose. Mais les autres lurons viennent vite le déloger.

En sillonnant dans les allées, l’aventurier croise des grandes colonnes de fourmis. Elles lui paraissent bien petites et travailleuses. Les unes sont rouges, d’autre noires, mais aucune ne lui prête attention.

Déçu mais l’allure toujours joyeuse, il glisse maintenant vers un carré bien odorant. Une multitude de parfums lui chatouille le nez et attise son envie de goûter à toutes ces herbes fraîches : le thym, le persil, le romarin, la menthe; de vraies friandises, un régal et pas de parent en vue.

Le ventre lourd et fatigué, Ambroise s’interroge. Comment retrouver son chemin? Il tourne en rond, croise des limaces, des chenilles, des coccinelles, des vers de terre, tous très occupés.

Le voici parmi un grand parterre de fleurs aux couleurs chatoyantes: rouge, orange, jaune, rose. Un mur se dresse devant lui, immense. Il commence à le gravir. Il se sent las, et perdu. Il n’ose plus regarder vers le bas. Mais où sont donc ses parents? Apeuré, Ambroise rentre à l’abri dans sa petite coquille jaune pour s’y reposer et attendre les secours.

Le petit aventurier s’endort profondément.

Un jour nouveau s’est levé. Le voile de rosée s’envole et la nature réchauffée par le soleil timide reprend ses couleurs luxuriantes. Une petite fille aperçoit une petite perle jaune accrochée au mur, l’attrape, l’observe.

Ambroise sort une corne puis l’autre, la regarde étonné.

Une nouvelle aventure commence pour tous les deux.